Histoire

La Cordonnerie Olmeta est avant tout une histoire de famille et cela fait maintenant quatre générations que le relais se transmet ! C’est à Barcelone en Catalogne que l’histoire commence avec notre arrière grand-père, Aramis Olmeta, Maître bottier de formation, et son épouse Marie Louise. Tous deux originaires de Marseille, ils se lancent dans la création d’une fabrique de souliers pour enfants et emploient une dizaine de personnes.

Notre grand père Léon et son frère Jules, nés en Espagne, reviennent en France pour faire leurs services militaires et c’est ensemble qu’ils ouvriront un kiosque de cordonnerie à Marseille, Boulevard Perrier. Lors de la seconde guerre mondiale Léon, rencontre Claire, notre grand mère, originaire de Bras d’Asse dans les Alpes-de-Haute-Provence. Après quelques années passées à Marseille, c’est à Oraison, que le couple s’installe pour fonder une famille et reprendre l’activité du cordonnier oraisonnais parti à la retraite.

L’arrière grand père et grand mère
« Aramis et Marie Louise » avec
grand père « Léon » et son frère « Jules »
Grand père et grand mère « Léon et Claire » avec « Michel Olmeta » enfant.
Mr Serrano Baldoméro

 

 

La famille s’agrandit avec l’arrivée de Michel, notre papa, ainsi que de Mr Baldomero, un apprenti cordonnier de 20 ans, sourd, muet et fuyant son Espagne natale. Ce dernier trouvera sa place dans notre famille pour ne plus jamais la quitter. Adolescent notre père décide de suivre les pas de son père et de son grand-père et part à Roman étudier la podo-orthésie, Mr Baldomero sera son Maître de stage.

 

 

 

La famille ouvre des dépôts de cordonnerie dans les villages avoisinants, Manosque, Forcalquier, Valensole, Sisteron et décide en 1972 de s’installer définitivement à Manosque, au numéro 8 de la rue Guilhempierre. Adresse toujours actuelle !!! Au fil des années, notre grand-mère Claire est remplacée par Dolores, notre maman et c’est dans cet univers que nous grandissons, mes deux sœurs, Marlène, Noëlla et moi Myriam.

Michel Olmeta dans sa vieille cordonnerie « rue de l’équerre »
Noëlla et Myriam Olmeta aujourd’hui

 

 

Suite au décès de notre papa, nous décidons Noëlla et moi de continuer l’histoire de la cordonnerie Olmeta. Je suis une formation « intensive » auprès de notre fidèle et aimé Mr Baldomero, alors âgé de 75 ans et à la retraite depuis plus de 10 ans, c’est le même qui forma notre papa 40 ans plus tôt ! Direction Roman pour Noëlla, pour suivre un cursus plus traditionnel. Voilà, c’est comme cela, qu’il y a 10 ans, nous nous sommes lancées, ma sœur et moi, dans cette folle aventure !

Dolores Olmeta et Myriam Olmeta